On sait que le ridicule ne tue pas mais il laisse quand même des traces indélébiles.

Après avoir tant réfléchi en dessous de la ceinture, Dominique Strauss-Khan revient en donneur de leçon. C’est pitoyable, il nous fait son Calimero. « On m’a piégé, on ne voulait pas que je sois président ». Effectivement, beaucoup de monde n’en voulait plus. Car il ne parle que du Sofitel, mais que penser du Carlton et des autres affaires plus ou moins louches dont on a, à couvert, évoqué l’existence ? Quel beau président il aurait fait !!

Il est des moments où il faut savoir s’arrêter. Pour DSK, ce moment est arrivé depuis trop longtemps. Alors qu’il profite de son argent pour aller voir, à Marrakech par exemple, si on y est et qu’il nous laisse tranquille. J’espère que l’attitude, que je trouve tout à fait honorable, de Royal, Vals et Moscovici lui montrera qu’il est maintenant personna non grata dans la vie publique française.

Tchao Domi, on t’a assez vu ! Bisous de ma part à Anne.

Publicités