En espérant que l’on y rencontrera plus de justice, un renouveau de l’éthique politique et aussi moins de clientélisme.

Le fait que 2012 soit une année électorale me porte malheureusement à penser que ce dernier point sera bafoué, avant l’élection par le locataire actuel de l’Elysée et après par le nouveau locataire (que j’aspire de tous mes voeux à être différent de l’actuel).

 

 

 

Publicités