Il y a un an ou 2, dans le train de banlieue que je prends tous les jours, il y avait de nombreuses personnes qui occupaient leur temps de transport à lire.  De tout et du n’importe quoi, du Dan Browne par exemple, mais, quoi qu’on lise, il en reste toujours quelque chose de positif.

Maintenant, il ne reste que quelques lecteurs et beaucoup de monde a les yeux rivés sur son iPhone. Pour échanger des messages à haut contenu intellectuel (« – tu es où ?  – Dans le train et toi ? -moi aussi. – tu fais quoi ? ben du iPhone ! et toi ? … ») ou pour faire une réussite (vous savez la même que celle de Windows 3 il y a presque 20 ans) ou pour jouer à des jeux style Bibble (vous savez le même que dans les cafés il y a 10 ans) ou alors pour regarder un film (sympa sur un écran format timbre poste). En gros, au lieu d’une activité plutôt culturelle comme la lecture, ils passent leur temps à exhiber leur iPhone en se croyant à la mode. Pour la majorité d’entre eux, je suis sur que la machine posséde un QI plus élevé que le leur, cela doit être pour cela qu’ils en possédent d’ailleurs.

Tiens une remarque en passant : on parle de crise du pouvoir d’achat en France. Pourtant, quand on voit le nombre de collégiens, de lycéeens, d’étudiants, d’employés qui sont capables de mettre, chaque mois, 50 àu 60€ pour avoir un iPhone, on se dit que la crise n’est sans doute pas là où on croit.

La seule chose que l’on puisse dire c’est que le marketing d’Apple est vraiment très fort. Arriver à convaincre autant de personnes que cet ustensile leur est indispensable, c’est vraiment très fort.

Publicités