Cela fait longtemps que j’ai envie de faire un petit message sur l’affaire Woerth et je crois que le moment est venu.

L’histoire de la lettre qu’il n’a pas écrit puis qu’il a écrit est le point d’orgue d’un foutage de gueule qui dure depuis trop longtemps. Monsieur est scandalisé que l’on pense qu’il a fait des choses non éthiques mais, petit à petit, la vérité apparait et il est loin d’être net le ministre.

Bien sur qu’il a profité de sa position pour faire embaucher sa femme, bien sur qu’il a négocié des versements à l’UMP contre des cadeaux style Légion d’Honneur, bien sur qu’il est coupable, bien sur qu’il doit démissionner et faire autre (je ne me fais pas de souci pour lui, son copain Nico saura lui trouver une bonne place dans une grande entreprise, il sait comment faire, c’est même très rodé comme processus).

Avec Mr Woerth, ce n’est pas la présomption d’innocence qui s’applique mais la présomprtion de culpabilité. Si cela peut le rassurer, il n’est pas le seul homme politique dans son cas. J’irais même jusqu’à penser que tous les hommes politiques sont dans son cas. Je pense en particulier au collectionneur de montre dans une affaire qui n’a jamais été claire ou à l’amateur de diner faim à la mairie d’un très grande ville.

J’ai honte de nos hommes politiques, qu’ils soient de droite ou de gauche, c’est du pareil au même. Et ce n’est pas le premier d’entre eux qui donne l’exemple, loin de là.

Publicités