En Guadeloupe, en Martinique, il est interdit de manifester ou alors il faut que cela aille dans le sens des revendications des collectifs locaux.

En Guadeloupe, en Martinique,  le discours des mêmes collectifs c’est « Faites ce que l’on exige ou quittez l’ile » !

Et après on parle de démocratie, de racisme, de colonialisme et d’autres aneries du même genre. 

Du racisme,  il y en a sans doute, en Martinique, en Guadeloupe mais aussi ailleurs et malheureusement dans les 2 sens. Et je pense que le racisme anti-créole est exagéré de manière à justifier l’existence et la nécessité d’un racisme anti-blanc.

Le colonialisme, quant à lui est terminé depuis longtemps et il ne reste plus que des indépendantistes qui le brandissent pour légitimer une volonté d’indépendance qui n’apportera que difficultés à la majorité des habitants. Il n’y a qu’à regarder Haîti juste à coté pour voir ce que les martiniquais et les guadeloupéens ont évité, en partie justement gràce à ce pseudo-colonialisme qu’ils dénoncent.

Alors un peu de respect et ouvrez un dictionnaire pour comprendre ce que démocratie veut dire M. Domota.

Publicités